© Francis Miquel 2018


Après 17 années d'expérience dans la sommellerie, notamment dans le prestigieux Hôtel de France à Auch où le titre de maître sommelier lui a été décerné, Francis Miquel décide en 1996 de se lancer dans l'aventure de la tonnellerie. Passionné par "son" ou plutôt "ses" métiers, et également par le jazz manouche, il a accepté de répondre à quelques questions.

Avant de devenir tonnelier,  votre métier a été sommelier. Quel(s) vin(s) vous laisse(nt) le meilleur souvenir ? Le pire ?

Je vous avoue que c’est généralement en Bourgogne que j’ai fait les plus belles rencontres tant au plan de la qualité des vins que par la personnalité des personnages le pire nous le constatons régulièrement dans toutes les caricatures des grandes surfaces.

 

Quels ont été les principaux déclencheurs qui vous en fait passer du métier de sommelier à celui de tonnelier ?

Peut-être le hasard mais plus vraisemblablement la curiosité de découvrir un nouvel univers

 

Sommellerie et tonnellerie diffèrent seulement de quelques lettres. Quels en seraient les points communs et les complémentarités ?

Les points communs sont que le vin doit être mis en valeur, les complémentarités sont pour moi évidentes en particulier l’analyse du vin et la projection tenant compte de la géographie du lieu et la typicité du ou des cépages

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir