La viticulture en biodynamie se caractérise par des travaux, une manière de faire et des préparations spécifiques. Ils ne la synthétisent pas mais peuvent en illustrer l’idée générale. Si les termes de “bouse de corne” ou “bouse de silice” sont nébuleux, si le fait de soigner les plantes avec des tisanes paraît étrange ou si les termes de vortex, chaos, dynamiseur, jour racine, pulvérisation de lumière ne semblent pas très clairs pour vous, j’espère que ces articles vous donneront envie d'approfondir.

INtro

Le but de cette série d’articles ne prétend pas brosser un portrait exhaustif de la biodynamie - ce serait une gageure - mais plutôt d’en présenter quelques aspects qui donneraient envie de mieux l'appréhender.

Nous avons vu dans l’article Notions de Biodynamie 1/3, que l’approche de la biodynamie dans le vignoble est fondée sur les concepts de l’agriculture biodynamique. Sa fonction première est de créer des liens entre le sol, la vie microscopique, la vigne, le monde animal et les influences planétaires. De manière primordiale, il est question d’une recherche d’équilibre entre la vigne et ses environnements immédiats ainsi que des rythmes cosmiques.
En biodynamie, un vignoble, un domaine, voire un jardin ou même un potager sont conçus comme des entités autonomes et individualisées.
nvie de mieux l'appréhender.

“Au fond, tous les fertilisants et d’autres produits similaires introduits de l’extérieur devraient être considérés, dans un domaine où l’organisation serait idéale, comme des remèdes pour une ferme tombée malade”
Rudolf Steiner, Cours aux agriculteurs, 1924"

"L’agriculture biodynamique assure la santé du sol et des plantes. La nature est actuellement tellement dégradée qu’elle n’est plus capable de se guérir elle même Il faut donc redonner un sol sa vitalité féconde […] grâce à des procédés thérapeutiques."
Jean­-Michel Florin, coordinateur du MABD France

Conversion

Pour avoir une certification en biodynamie, donnée par les labels Demeter ou Biodivin, un agriculteur ou viticulteur doit préparer sa conversion qui n’est possible que sous certaines conditions.

Tout d’abord, le plus important, l’exploitation doit être conforme aux Règlements officiels de l’agriculture biologique. Cette première certification, donnée par un organisme de contrôle agréé par les pouvoirs publics (Ecocert, Agrocert, Certisud, etc.), est donc nécessaire. En effet, la biodynamie demande une bonne maîtrise des techniques appliquées en agriculture biologique.

Les conversions bio et biodynamiques peuvent tout à fait s’envisager simultanément. Néanmoins elles se déroulent l’une après l’autre dans une grande majorité des cas.

En ce qui concerne les durées de conversion, il faudra déjà trois ans d’attente pour obtenir la certification “Agriculture Biologique”.
Trois autres années, en respectant de manière stricte le cahier des charges Demeter ou Biodivin, seront nécessaires pour obtenir la seconde certification. Les préparations spécifiques à la biodynamie, que nous verrons ci après, peuvent être appliquées dès le début de la conversion. D’autre part, tout usage d’un produit non autorisé fait perdre sa certification au domaine ou tout au moins aux parcelles et cultures concernées.

Six années durant lesquelles le vigneron chouchoute la vigne, apporte grand soin à la terre, à la protection des végétaux, aux semences, aux plants et leur multiplication (bouturage et marcottage en ce qui concerne la vigne), ainsi qu’à divers procédés pour soutenir la fertilité du sol.

Les vignerons souhaitant entamer les démarches pour passer en biodynamie peuvent se faire parrainer par un agriculteur expérimenté de leur région.

Une conversion, vous l’aurez compris, demande réflexion et anticipation. Les
rendements durant les premières années peuvent diminuer de 20%. Se rajoutent à ceci l’achat de matériel spécifique (dynamiteur, préparations déjà élaborées, …)
Il est à noter que la perte de  production est compensé par la réduction des produits et de la baisse de la consommation énergétique. Un système de parrainage est également possible :

 

Le couvert végétal

Il y a quelque chose d’invariable quand on voit des vignes en biodynamie ou bio,  c’est la présence de couverts végétaux. C’est ce qui donne l’impression que les vignes ont été plantées dans une prairie fleurie et confère un certain charme à ces lieux.
Certes, on le note il y a de l’herbe, des fleurs, parfois des céréales  permis les lignes de vignes. Le but n’est évidemment pas de « faire joli »  et cette végétation a plusieurs rôles importants.


Parfois, au début d’une rangée, trône comme la proue d’un navire, un rosier. Il est là pour alerter le vigneron. En fait, ce végétal est bien plus sensible que la vigne à une maladie appelée le mildiou. (Champignon causés par un taux trop important d’humidité). De fait, les feuilles jaunies du rosier alertent le vigneron qu’il est temps. de traiter les vignes.
Le couvert végétal vient de l’agriculture et désigne l’action de planter une culture intermédiaire entre deux périodes d’une même espèce. (On parle de rotation) pour ne pas laisser la terre à nu.Vu la pérennité de la vigne, les rotations ne sont pas possibles mais la viticulture s’est approprié ce système et met différents types de végétaux entre les lignes de vignes. Cela peut aller d’un enherbement naturel jusqu’au semis volontaire qui intègre un
pourcentage de lumineuses comme des pois ou bien des féveroles.
L’herbe et les semis permettent d’une part d’améliorer la structure du sol grâce àleur système racinaire, d’autre part de fournir de l’azote au sol. (Expliquer rôle de l’azote). Cette végétation, au sein des vignes, est donc un avant gout de la symbiose cherchée dans un domaine en biodynamie.

> Bio et biodynamie : différences et points communs


Les principales différences entre les deux nominations sont de niveau réglementaires. Si le « vin bio » (vin produit à partir de raisin issus de l’agriculture biologique) est réglementé par un cahier des charges Européen, les vins « bio dynamiques » sont quant à eux certifiés par deux importants certificateurs Demeter et Biodyvin mais pas par l’Europe.
N’oublions pas que pour passer en biodynamie, le domaine doit être certifié bio…