Jean-Charles Lassalle : Artisan Bouchonnier, liégeur par nature

Les Égyptiens s’en servaient déjà pour l’obturation des amphores; il créé de nos jours une micro-oxygénation dans les bouteilles pour le bon vieillissement du vin, c'est dire son importance. Savons-nous vraiment comment il est fabriqué ? D'où vient ce petit morceau de liège ?
Jean-Charles Lassalle, fondateur de Aliécor entreprise familiale de quatre employés artisans et passionnés, nous en dit davantage.

Pourriez-vous nous parler de votre parcours ?

Mon premier emploi a été dans une usine historique de bouchons (1882) à Soustons - Landes (40) - en tant que gestionnaire-comptable pour remplacer un départ à la retraite et mettre en place l’informatique. Je suis tombé « amoureux » de cette matière et de ce métier, et j’ai pu apprendre et évoluer jusqu’à la direction de l’usine.
En 2000, la direction d’une autre entité historique (1887) spécialisée dans le liège m’est confiée. Puis en 2003 grâce à mon expérience, je décide de créer mon entreprise dans le secteur du liège.

Le liège est récolté sur un arbre particulier. Pourriez-vous nous en donner les caractéristiques ?

Chêne-Liège (Quercus Suber)Le liège est issu du Chêne-Liège (Quercus Suber). Il se trouve sur le pourtour méditerranéen (Péninsule Ibérique, Afrique du Nord, Sardaigne, Corse), et en France dans le Sud Est (Var – PO) et le Sud-Ouest (Gascogne). La première récolte est réalisée lorsque l’arbre a +/- 30 ans, et ce liège n’est pas destiné à la bouchonnerie mais à d’autres utilisations. Les récoltes se font ensuite tous les +/- 10 ans suivant les climats. Un bouchon est généralement issu d’un arbre qui a 50 ans.

Les caractéristiques les plus connues : Elasticité - Compressibilité – Souplesse - Légèreté - « flottabilité » - Adhérence - Imperméabilité – Etanchéité -  Imputrescibilité – Durabilité - Faible conductivité phonique et thermique - Mauvaise combustibilité

Quelles étapes sont nécessaires pour arriver au produit final ?

Jean-Charles Lassalle : Artisan Bouchonnier Liegeur par naturePour les bouchons liège naturel mono-pièces : après la levée, stockage du liège (généralement 1 an – 4 saisons pour stabilisation et maturation) puis triage des planches, bouillage pour assouplissement et expansion de la matière, stabilisation, tirage en bandes et tubage des bouchons, rognage et ponçage pour finaliser le dimensionnel, lavage désinfectant, triage des bouchons en choix visuels avec élimination des défauts, marquage pour personnalisation et traçabilité, traitement de surface pour faciliter le bouchage et le débouchage et améliorer l’étanchéité, et conditionnement pour expédition.
De nombreux contrôles sont faits durant et en fin de processus pour garantir la qualité du produit.

Commentaires  

# sof 10-03-2018 18:52
Il semble qu'outre la matière la longueur et le diamètre du bouchon diffèrent selon le besoin de garde d'un vin? Pouvez vous m'en dire plus?
Mercii
Répondre | Répondre en citant | Citer
# Fred 24-04-2018 20:44
Bonjour et merci pour votre commentaire !.
La question a été posée à Monsieur Lassalle et sa réponse a été rajoutée dans l'interview.
Très bonne lecture à vous :-)
Répondre | Répondre en citant | Citer
# Nico 26-04-2018 06:43
Article très sympa :)
J'ai découvert des bouchons avec des "lentilles de contact" entre le bouchon et le vin, tu connais?

Merci
Répondre | Répondre en citant | Citer
# Fred 01-05-2018 17:37
Bonjour Nico merci beaucoup pour le message. Effectivement, certains bouchons sont totalement en verre (si c'est bien de ceux-là dont il s'agit). Ceux-là sont normalement assez hermétiques. Cela mériterait recherches pour un éventuel article ;) Au plaisir !
Répondre | Répondre en citant | Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir